Aller au contenu
Photo Emilie Deladoey et Jean Roche devant l'antenne ophtalmique de la gare de Lausanne
Bienvu!

Une nouvelle antenne ophtalmique ouvre ses portes à deux pas des rails

Temps de lecture: 3' Posté le Par Esther Rich

L’antenne ophtalmique de la gare de Lausanne facilite l’accès aux soins. Visite.

Contrôle de la vue, problème de conjonctivite ou encore besoin de conseils pour de nouvelles lentilles ? Les consultations proposées par la nouvelle antenne ophtalmique de l’ l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin à la gare de Lausanne misent sur la proximité ainsi que le confort.

Plusieurs après-midi par semaine, un ophtalmologue et un optométriste reçoivent les patients dans les locaux flambant neufs de la gare de Lausanne. Cette antenne de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin a ouvert ses portes en juin 2019. Elle répond à la demande des personnes actives, pressées ou simplement celles qui peinent à monter jusqu’à l’avenue de France.

« L’Hôpital n’est qu’à une quinzaine de minutes de la gare de Lausanne, admet Emilie Deladoey, co-responsable des optométristes, mais il ne dispose pas de parking pour les visiteurs et il faut marcher un peu depuis l’arrêt de bus. Notre antenne à la gare mise sur une meilleure accessibilité aux soins. »

Elle se trouve entre la pharmacie et la brasserie de la gare, dans les locaux de Medbase (un centre regroupant médecins mais aussi d’autres spécialistes de la santé). L’antenne ophtalmique dispose de deux box de consultation et d’un bureau. Le secrétariat est commun avec le centre médical, tout comme la salle d’attente. Les patients peuvent profiter du grand confort de quelques canapés et fauteuils verts, bleus et turquoises. 

Équipement high-tech

L’optométriste et l’ophtalmologue consultent avec ou sans rendez-vous. L’un des box est équipé d’un appareil permettant de mesurer le champ visuel. Un autre appareil prenant des photos du fond de l’œil s’y trouve également. Un équipement high-tech qui permet de proposer des soins adaptés aux personnes présentant un trouble de la vision.

«Notre antenne ophtalmique n’est pas un centre d’urgences, précise Emilie Deladoey. Elle ne va pas prendre en charge de graves problèmes oculaires. Mais elle est idéale pour les personnes qui ont besoin de changer leur correction de lunettes, qui souffrent d’une conjonctivite ou d’autres problèmes courants affectant les yeux. La dernière consultation a lieu à 18h, ce qui permet aux gens qui travaillent de venir en sortant du bureau. Dans le futur, nous souhaiterions élargir encore davantage les plages horaires en commençant tôt le matin.»

Pour le moment, les matinées sont dédiées au Service social et réadaptation basse vision, qui dispose d’un vaste et lumineux bureau.
«Un grand nombre de patients de l’hôpital viennent à la gare pour entraîner leur autonomie, poursuit la jeune femme. En leur permettant d’avoir leur consultation avec l’ergothérapeute ou l’assistant social sur place, nous leur faisons gagner du temps et du confort. Ils évitent ainsi de monter à l’avenue de France pour ensuite redescendre s’exercer ici. »

Même sans rendez-vous

Depuis le mois de septembre 2020, l’antenne de la gare propose désormais deux demi-journées de consultation en contactologie.
« Nous avons constaté que plusieurs patients commandaient des verres de contact sur internet sans consulter au préalable leur médecin ou leur optométriste, précise Emilie Deladoey. Ils souffrent ensuite d’infections ou d’autres problèmes visuels car le produit acheté ne convient pas à leurs yeux. En proposant ce type de consultation, nous voulons répondre à une demande de plus en plus forte. La consultation en contactologie, ouverte ce printemps à l’avenue de France, a déjà beaucoup de succès. »

La patientèle est principalement composée de Lausannois. À l’Hôpital ophtalmique, le bassin de population est plus large, tout comme les prestations proposées.
« Notre objectif est de parvenir à accueillir une quinzaine de patients par demi-journée, principalement pour remplacer des lunettes ou obtenir une ordonnance pour des verres de contact, explique Emilie Deladoey. Nous prenons en charge des adultes mais également des enfants. »

Plusieurs après-midi par semaine, un chef de clinique ainsi qu’un optométriste quittent l’effervescence de l’Hôpital ophtalmique pour venir consulter dans ces locaux aux murs blancs et au parquet chaleureux.
«Nos collaborateurs apprécient le calme des lieux. Comme nous n’affichons pas encore complet, nous avons le luxe de passer un peu plus de temps avec nos patients», conclut la jeune femme.

Nouvelle consultation à l’Espace Santé Rennaz

En octobre 2020, l’Espace Santé Rennaz (ESR), un bâtiment dédié à une multitude de prestations para-hospitalières (crèche, pharmacie, policlinique psychiatrique, entre autres), a ouvert une consultation hebdomadaire de neuro-opthalmologie. Cette nouvelle consultation du Pr François-Xavier Borruat, responsable de l’Unité de neuro-ophtalmologie de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, accueille tous les jeudis les patients de la région chablaisienne. Ces derniers peuvent prendre rendez-vous directement auprès de l’Hôpital Riviera Chablais ou auprès du secrétariat du Pr Borruat.

Cette consultation est complétée par une activité d’imagerie au sein même de l’hôpital. Ainsi, les examens tels que les tomographies en cohérence optique (une technique qui permet d’obtenir des images détaillées de l’intérieur de la rétine) ou les angiographies (un examen qui montre l’état des vaisseaux sanguins de la rétine) peuvent être effectués sur place par l’un des photographes spécialisés de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin. Ces prestations sont à disposition des ophtalmologues et neurologues de la région, tout comme des médecins de l’Hôpital Riviera Chablais.

À noter que, depuis l’automne 2020, les ergothérapeutes et optométristes du Service de réadaptation basse vision de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin sont également à disposition de la population malvoyante ou aveugle du Chablais. Ils sont ainsi amenés à évaluer l’impact du déficit visuel sur les activités de la vie quotidienne de ces personnes. Ils leur proposent des mesures de réadaptation, des moyens auxiliaires et optiques, ainsi qu’un appui social et une orientation dans le réseau sanitaire de la région.

Cet article vous plaît? Découvrez les articles Bienvu!
Dernière modification le
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation