Aller au contenu
Portrait du Prof Aki Kawasaki
Santé

3 questions à la Prof. Aki Kawasaki : la migraine ophtalmique

Temps de lecture: 3' Posté le Par Clément Etter

La Prof. Aki Kawasaki est médecin adjointe à l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin et responsable du laboratoire de pupillographie.

D’où vient la migraine ophtalmique ?

La migraine est une maladie chronique associée à des maux de tête (céphalées) intenses, parfois accompagnés de nausées et de vomissements. Elle vient du cerveau et se déplace comme une onde. Cela peut induire un trouble neurologique sensoriel temporaire appelé « aura ». La migraine est dite ophtalmique quand une aura visuelle précède ou accompagne la céphalée. Les malades peuvent par exemple voir flou ou un point brillant qui grandit, laisse une tache aveugle puis disparaît naturellement. Cette perturbation réversible et sans douleur atteint les deux yeux et dure entre 15 et 45 minutes.

Est-ce que la migraine ophtalmique est grave ?

Non, dans le sens où il n’y a pas de maladie sous-jacente ni d’altération du cerveau ou des yeux. En revanche, la qualité de vie peut être impactée. Certains « déclencheurs » de migraine, comme le stress, peuvent être évités s’ils sont connus. Si une personne souffre de plus de trois migraines par mois ou qu’un épisode dure plus de trois jours, une consultation est recommandée. Il faut aussi être attentif lors du premier épisode d’aura. Si un trouble de la vision peut être le révélateur de la migraine ophtalmique, il pourrait aussi, chez des adultes à risque vasculaire, être le signe d’un accident ischémique transitoire (AIT), auquel cas il faut consulter.

Quels sont les traitements de la migraine ophtalmique ?

Les traitements servent à diminuer les symptômes mais n’arrêtent pas la migraine, qui disparaît d’elle-même. En cas de crise migraineuse, s’isoler et dormir s’avère efficace pour certaines personnes. Des antalgiques classiques (aspirine, ibuprofène) ou les triptans, plus modernes, peuvent aussi être utilisés. Les opioïdes comme la morphine sont par contre à éviter, car ils sont peu efficaces et comportent un risque de dépendance. Un traitement de fond permet de prévenir les migraines fréquentes et intenses. Il comprend des bêtabloquants, des antidépresseurs tricycliques, des antiépileptiques et, récemment, des anticorps monoclonaux qui ciblent le CGRP, molécule active durant la migraine.

Écoutez ou téléchargez la version audio de l’article

L’article original a été modifié pour en faire une version web.

Cet article vous plaît? Découvrez les articles Bienvu!
Dernière modification le
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation