Aller au contenu
Caméra agrandisseur maquillage
Bienvu!

Adapter l’habitat pour plus d’autonomie au quotidien

Temps de lecture: 5' Posté le Par Clémentine Fitaire

Plongée au cœur de la mission du service social, réadaptation et basse vison.

Réaliser les activités les plus simples du quotidien peut s’avérer compliqué chez les personnes présentant un déficit visuel. Pour se déplacer chez soi, s’habiller ou encore cuisiner, des stratégies d’adaptation peuvent être mises en place. Elles permettent aux personnes malvoyantes d’acquérir des gestes sûrs et de retrouver confiance en elles.

Ces aménagements, conçus par le service social, réadaptation et basse vision, sont présentés dans un appartement témoin du LivingLab, un ensemble de structures d’entraînement dédié à l’accessibilité. On y trouve des astuces concrètes transposables dans l’habitat.

« Les bénéficiaires sont des personnes qui veulent améliorer ou récupérer leur autonomie du quotidien, constate Marlyse Schmid, ergothérapeute spécialisée en basse vision. Par exemple, des patients et patientes avec une maladie évolutive qui peu à peu perdent la vue et n’osent plus faire certains gestes du quotidien. »

Face au déficit visuel, chaque personne réagit différemment. Tandis que certaines parviennent à poursuivre leurs activités, d’autres ressentent plus de difficultés et une importante fatigue oculaire, liée à l’effort engagé pour mobiliser le potentiel visuel. Dans ce cas, on propose des adaptations.

Un retour à l’autonomie gratifiant

La compliance des patient-es reste primordiale dans cet accompagnement. Le rôle des professionnel-les est alors de trouver des activités et des solutions significatives, adaptées au mode de vie de chacun-e.

« Le bénéfice qu’ils en retirent est énorme. C’est très gratifiant pour eux d’avoir réussi à acquérir cette autonomie-là », poursuit Marlyse Schmid.

Si la participation de la personne elle-même est importante, celle de ses proches l’est tout autant. Ces derniers ont tendance à effectuer les tâches quotidiennes à la place de la personne malvoyante. Une attitude qui ne va pas dans le sens de l’acquisition de l’autonomie dans le quotidien.

« On aime recevoir les proches en consultation en même temps que le patient, explique l’ergothérapeute. Ils doivent comprendre l’importance de l’organisation du quotidien. »

Les grands principes de la réadaptation

Les aménagements s’articulent autour de différentes stratégies destinées à faciliter les activités de tous les jours. Ils sont simples à mettre en place et généralement peu coûteux.

Utiliser le grossissement

Cela permet d’améliorer la lisibilité des mots et des chiffres. Dans la cuisine, des étiquettes plus grosses sont par exemple apposées sur les épices pour éviter les inversions, des minuteurs agrandis permettent de mieux distinguer les chiffres, etc. Au salon, des livres avec de gros caractères ou des téléphones à grandes touches améliorent la lecture et la communication.

Jouer sur les contrastes

Augmenter les contrastes des objets et du mobilier permet de les rendre plus visibles. Ainsi, choisir meubles, marches, rampe d’escaliers ou encore lunette des toilettes de couleur vive aide à les distinguer et à éviter tout incident. Une couleur différente entre les murs et le sol facilite également l’orientation dans l’espace. Une vaisselle ou des objets de toilette colorés permettent aussi de mieux les repérer. « Ces adaptations ne sont pas spectaculaires mais peuvent vraiment changer le quotidien », souligne Marlyse Schmid.

Doser la lumière

Ajouter de la lumière améliore aussi les contrastes et donc la vision.

« Les personnes malvoyantes ont un besoin en lumière deux à trois fois plus important que les autres, explique Marlyse Schmid. La quantité et l’orientation des sources lumineuses sont à personnaliser selon le moment de la journée, le degré de fatigue ou la tâche à effectuer. » Il faut par ailleurs réguler la lumière pour qu’elle ne devienne pas gênante et gérer sa « température » (lumière froide ou chaude). Des luminaires sur pied ou en suspension pour guider les déplacements ou encore des bandes lumineuses dans les placards sont autant d’aménagements utiles présentés dans le LivingLab. Côté meubles, ceux avec des surfaces réfléchissantes sont à éviter car ils peuvent être éblouissants. Côté peinture, un plafond et des murs clairs permettent de mieux distribuer la lumière dans la pièce.

S’organiser

Pour optimiser leur temps mais aussi assurer leur sécurité, les personnes malvoyantes gagnent à être strictes dans le rangement des objets usuels. Classer ses vêtements par couleur et par type pour mieux les assortir, ranger ses clés toujours au même endroit, utiliser des contenants de formes différentes pour les produits de nettoyage ou de la salle de bains… Ces repères visuels et tactiles rigoureux ainsi que l’anticipation des situations à risque participent à une plus grande autonomie au quotidien. « On enseigne à nos patients ces nouvelles façons de faire, explique Marlyse Schmid. Le but est qu’ils puissent continuer leurs activités quotidiennes, mais il faut pour cela apprendre à les faire autrement. »

Des étiquettes à grands caractères et en braille permettent la reconnaissance des produits. Marlyse Schmid, ergothérapeute spécialisée en basse vision, guide une jeune malvoyante vers son autonomie au quotidien dans le LivingLab.
Des étiquettes à grands caractères et en braille permettent la reconnaissance des produits. Marlyse Schmid, ergothérapeute spécialisée en basse vision, guide une jeune malvoyante vers son autonomie dans le LivingLab.

Sécuriser les déplacements

Tous ces aménagements, au-delà de maintenir l’autonomie, sont également déployés dans l’idée de sécuriser le quotidien des personnes malvoyantes. Le risque de chutes, de brûlures, de blessures ou d’accidents de la circulation est augmenté chez elles. Conjointement au LivingLab, une salle de locomotion propose de s’entraîner aux déplacements urbains. Des instructrices et instructeurs en locomotion du service social, réadaptation et basse vision les accompagnent pour apprendre à utiliser une canne longue et se représenter mentalement l’espace afin de mieux se diriger.

Locomotion basse vision, la personne malvoyante apprend à se déplacer en autonomie dans la ville.
Lors de cours de locomotion, la personne malvoyante apprend à se déplacer en autonomie dans la ville.

La malvoyance, c’est quoi ?

L’Union européenne des aveugles propose une définition précise de la malvoyance, en considérant qu’une personne est malvoyante quand sa déficience visuelle, même après traitement ou correction. « entraîne une incapacité dans l’exécution d’une ou plusieurs des activités suivantes : lecture et écriture, appréhension de l’espace et déplacements, activités de la vie quotidienne, communication, poursuite d’une activité exigeant le maintien prolongé de l’attention visuelle. »

Écoutez ou téléchargez la version audio de l’article

L’article original a été modifié pour en faire une version web.

Cet article vous plaît? Découvrez les articles Bienvu!
Dernière modification le
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation