Aller au contenu
Chez nous

Un jardin thérapeutique dans notre centre pédagogique

Posté le

Grâce à la générosité du Lions Club Lavaux et de donateurs privés, l’installation d’un « jardin thérapeutique » a débuté à la fin de l’été 2020 dans la cour de notre Centre pédagogique pour élèves handicapés de la vue (CPHV). Son aménagement s’est poursuivi tout au long de l’année. Plus qu’un simple jardin pour les élèves, c’est un espace qui favorise des démarches pédagogiques tout en s’amusant !

A quoi sert ce jardin thérapeutique?

Cet espace répond aux besoins de motricité et sensoriels de l’enfant handicapé de la vue et permet toutes sortes d’apprentissages. Le jardinage stimule tous les sens, améliore le bien-être des élèves et c’est aussi un lieu de rencontres et d’échanges qui leur permet de profiter du plein air. Accompagnés de leurs enseignantes et enseignants les enfants découvrent la beauté de la nature et suivent son évolution au cours des saisons de très près.

Comme tout bon jardinier, il faut suivre chaque étape pas à pas afin d’obtenir une bonne récolte. Tout d’abord, il faut retourner la terre avant de passer à la phase de la plantation. C’est avec une terre bien travaillée que l’on peut espérer une belle cueillette, n’est-ce pas ?

Les enfants deviennent des jardiniers

Des graines de légumes, des fruits et des plantons sont alors mis dans la terre par les élèves. Et c’est une nouvelle aventure qui commence pour eux. C’est bien plus qu’un suivi des cycles de la nature auquel ils assistent : ils deviennent véritablement acteurs et entretiennent leur jardin tel des vrais pros ! Ils ont ainsi créé des plaquettes contrastées en écriture blanche sur fond noir – sans oublier une ligne en braille ! – pour indiquer les noms des plantes pour qu’ils soient accessibles pour tous. Entre l’arrosage et le désherbage, ils prennent soin de chaque espace.

Lorsque la floraison est au rendez-vous, c’est l’heure de travailler avec un autre sens : le nez ! Respirer les odeurs des différentes espèces végétales rappelle l’importance de ce sens. Cette expérience olfactive est particulièrement appréciée par les élèves, qui n’hésitent pas non plus à toucher les végétaux pour se familiariser avec leur texture. Certains d’entre eux, peut-être un peu trop gourmands, se trompent parfois dans leur cueillette d’herbes aromatiques, et l’un s’écrie alors « beurrkkk ! ». Heureusement, aucune plante n’est toxique dans le jardin !

Et oui, quand c’est le moment de rentrer à la maison, ce ne sont pas que des connaissances ou des cahiers d’école qu’ils emportent avec eux mais des aventures qui font rire plus d’un. Tous leurs sens sont stimulés, et cette activité en plein air leur permet d’acquérir de plus en plus d’autonomie. C’est ainsi une réelle démarche pédagogique qui a été mise sur pied avec les enseignantes et enseignants dans le cadre de ce jardin thérapeutique !

De l’idée à la réalisation du jardin thérapeutique

Le projet du « Jardin thérapeutique » a séduit plusieurs donateurs dont le Lions Club Lavaux. Avec ces précieux soutiens financiers, les ouvriers ont débuté les travaux en juillet 2020, au début de la période de vacances, pour que les élèves puissent bénéficier du jardinage dès leur rentrée scolaire de cette année.

A côté de la cour d’école et juste derrière la garderie, un espace inoccupé envahi par les mauvaises herbes se trouvait délaissé depuis de nombreuses années. Il est décidé que c’est à cet emplacement que le jardin prendra vie. C’est avec l’aide de Monsieur Yves Maridor, paysagiste à Blonay, que le plan d’aménagement se dessine plus précisément sur deux niveaux. Le niveau supérieur est celui du jardin thérapeutique et le premier niveau accueille la place de jeu.

Travaux de réaménagement du jardin thérapeutique
Débroussailler la végétation et débâtir l’ancienne structure dans le but de créer un jardin thérapeutique

La première étape consiste à nettoyer la surface délaissée au niveau supérieur. Dans cet espace sauvage, les professionnels commencent à déraciner de nombreux buissons et arbustes. Puis, afin d’agrandir le lieu, c’est le tour du muret de séparation : on casse le carrelage orange datant de la fin des années 70 qui délimite les deux espaces supérieurs et inférieurs. Une fois l’ancienne fontaine démolie, les ouvriers créent une pente douce en herbe synthétique pour faciliter l’accès au jardin. Grâce à cette pente, il suffit de quelques enjambées pour se rendre au jardin ou à l’espace pique-nique sans devoir passer par les escaliers ou la rampe d’accessibilité. Trois bacs de tailles différentes sont installés au jardin accueillant chacun des variétés de cultures spécifiques. Un robinet est mis à disposition pour faciliter l’arrosage et ainsi entretenir de manière optimale ce nouveau jardin.

Un jardin thérapeutique peu commun

Comme le dit la chanson de Trenet, c’est un « jardin extraordinaire » ! Au sol, il y a des matières diverses telles que des copeaux, du gazon, du gravier qui délimitent les zones de ce petit coin de paradis. Pourquoi autant de textures ? Cette diversité permet aux élèves malvoyants et aveugles de s’orienter plus facilement. Cela favorise leur repérage des espaces et leur permet de se faire une représentation mentale du lieu.

Entre les nombreuse plantes aromatiques qui poussent dans trois bacs, les arbres fruitiers délimitent le périmètre du jardin. Plus tard, une serre est installée pour accueillir les légumes d’hiver. Enfin, cerise sur le gâteau : un espace de grimpe avec des prises contrastées et un sol amortissant spécialement conçus pour les enfants. Cette nouvelle activité fait partie intégrante du programme scolaire de la rentrée d’août 2021.

Bac aromatique du jardin du CPHV
Bac aromatique du jardin
Jardin thérapeutique du CPHV – Présentation du projet par Yves Maridor, paysagiste

Tout ne se passe pas toujours comme prévu…

Les ananas

Fin 2020, une mission particulière est donnée aux élèves: planter des ananas dans une serre. Préparée par les enfants lors d’un atelier de la cuisine de notre Hôpital, il a fallu attendre que les boutures soient prêtes pour passer à l’action et les mettre en terre. Cette plantation n’a pas été une grande réussite… Aucun des sept fruits exotiques n’a pris ! Ce n’est pas pour autant que les élèves se sont découragés et ils ont d’ores et déjà prévu de retenter l’opération cet hiver. Un beau défi à relever pour terminer l’année 2021 !

Les carottes…

Parfois, on a beau avoir toute la volonté et les outils nécessaires pour jardiner, si une étape manque, cela donne de drôles de résultats. Au printemps de cette année, à l’arrivée des beaux jours, le semis de graines de carottes est enfin planifié. Certains élèves ont semé leurs graines « en tas » sans les déposer une après l’autre dans la tranchée. Quelques semaines plus tard, la surprise des nouvelles pousses se dévoile. L’enseignante a compris que plusieurs de ses élèves n’avaient pas tout à fait suivi les instructions lors de la semaison. «  Lorsque les graines sont toutes rapprochées, que se passe-t-il lorsque le légume grandit ? interroge-t-elle ? « Les carottes seront plus petites parce qu’il y a moins d’espace ! », s’exclame l’un des élèves ».

Toute la classe est d’accord pour laisser grandir toutes les carottes. C’est plus tard, en « live », que les élèves constatent que les tailles des légumes ne sont pas toutes identiques. Pour les enfants, c’est une expérience de plus qui s’ajoute à leur semaine de cours.

Et les fraises!

Début mai, les fraises sont plantées. Comme ils n’avaient pas mis de protection au sol, les élèves ont très vite remarqué que certaines pourrissaient lors de la fructification. Comment y remédier ? C’est en classe que tout le monde réfléchit au problème. Et ce serait quand même bête de reproduire cela l’an prochain. Les idées fusent : mettre de l’herbe, de la paille ou même un tissus. C’est entre ces solutions qu’ils décideront à la prochaine saison. Sans aucun doute, ils verront la différence dans leur panier à leur prochaine récolte.

Un agenda de classe pas comme les autres

Arroser les plantes, entretenir le jardin tout au long de l’année, exercer son agilité sur le mur de grimpe… Désormais, ces nouvelles activités font partie du cursus scolaire du Centre pédagogique pour élèves handicapés de la vue de Lausanne. Ce ne sont plus deux mais sept classes qui participent activement aux ateliers de jardinage. La cueillette des herbes aromatiques permet de pimenter les recettes de l’atelier cuisine. Ils préparent les mets tous ensemble et se réunissent pour savourer les bon petits plats fraichement concoctés !

Cette réalisation a été rendue possible grâce au travail enthousiaste des professionnels du jardin thérapeutique et à la générosité des donateurs. Encore un grand Merci à eux !

Jardin thérapeutique du CPHV
Les premières pousses du jardin

Touchant tous les sens, ce projet prend tout son sens !

Dernière modification le
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Afin de vous proposer le meilleur service possible, ce site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation